Politique | Centre infos
Politique

Haïti / Crise Politique : Le parti FNH appelle les acteurs à se réunir en vue de présenter une alternative

Port-au-Prince le 10 février 2024. Le parti FNH constate l'expiration, le 7 février 2024, de l'accord qui a légitimé le premier ministre Ariel Henry dans son poste. Il estime qu'aujourd'hui le pays est tombé dans le chaos. Le parti Fierté Nationale Haïtienne croit que la présence d'Ariel Henry à la tête de la Primature met en péril l’avenir des 13.000.000 haïtiens.

"Sous son Administration les gangs armés occupent plus de 90% du territoire national où ils tuent, volent, pillent, violent sans aucune inquiétude. La Police Nationale est politisée et n’arrive pas à Protéger et Servir la population qui est livrée à elle-même. Pour satisfaire sa soif de pouvoir Mr Henry utilise les forces de l’ordre (PNH et FADH) pour mater les manifestations populaires et assassiner froidement les agents du BSAP", lit-on dans une note de presse publiée ce 9 février 2024.

"Pouvons-nous parler de Révolution quand les têtes de pont sont : Un ancien Premier Ministre du feu Président Jovenel MOISE et ancien Ministre des Affaires Etrangères du premier gouvernement de Monsieur Ariel Henri et impliquer dans l’assassinat du président Jovenel MOISE. Un ancien Maire, Sénateur et ancien conseiller d’un Président et de plus il a un ministre dans le gouvernement de Mr Henry. Un condamné qui vient de passer 6 années dans les geôles américaines pour trafic de stupéfiants".

La FNH appelle les fils et filles d’Haïti à travailler ensemble en vue de présenter dans les 72 heures à venir une alternative politique pour le départ du premier ministre Ariel Henry.

Centre Infos

Centre infos | 10 Février 2024 | 1

Ariel Henry : « Une transition ne peut pas déboucher sur une autre transition »

08 Février 2024

Haïti / Mobilisation anti gouvernementale : Moise Jean Charles demande à la population de transformer les barricades en dechoukay

08 Février 2024

Haïti / Politique : Proposition du parti FNH pour éviter le chaos avant et après le 7 février 2024

29 Janvier 2024

Politique

Conférence internationale en Inde : Jean Henry Céant prône l'unité des nations pour le bien-être et la sécurité de tout être humain

ALLOCUTION DE ME. JEAN HENRY CEANT
Ancien Premier Ministre d’Haïti (2018-2019)

CONGRÈS MONDIAL POUR LA PAIX – INDE
NOVEMBRE 2023

A) Planète et Progéniture sont les deux piliers sur lesquels repose la pérennité de l’humanité – l’avenir de l’être humain, l’existence future de la terre, la conservation de la nature, la continuité de la vie. Cette compréhension humaniste justifie la prépondérance de la lettre de l’article 51 de la Constitution de l’Inde qui doit guider les réflexions de l’auguste assemblée réunie ici à Ultrapadech, pour cette vingt-quatrième conférence internationale à laquelle j’ai le grand privilège de prendre part. 
La place d’honneur qui est accordée aux soixante-et-un mille étudiants de la « City Montessori School de Lucknow » est loin d’être symbolique puisque cette mention doit rappeler aux autorités mondiales, chefs d’Etat et de gouvernement, responsables et dirigeants à l’échelle internationale, leurs responsabilités envers les 2.5 billions d’enfants de la planète.

B) Leur inclusion est primordiale puisqu’elle implique l’obligation de les prendre en compte et d’ajouter à leur nombre, le chiffre incalculable des enfants à naître. Il s’agit de générations futures, celles qui peupleront nos espaces tant que la planète sera préservée dans les conditions optimales pour qu’elle remplisse son rôle principal de soutenir et de nourrir toutes les vies. Comprenez ici, celles de toutes les races humaines avec leurs différences intrinsèques et dans le respect de leurs mondes et cultures spécifiques, comme celles de toutes les espèces végétales et animales qui peuplent les habitats terrestres et maritimes.

C) Il est un fait qu’à travers le monde, nous ne jouissons pas tous des mêmes opportunités, particulièrement les jeunes et les enfants qui sont divisés en ressortissants de pays du Nord ou de pays du Sud ; ces espaces étant caractérisés soit par la richesse, la pauvreté ou la précarité. Les inégalités qui les séparent demeurent immenses malgré les magnifiques progrès de notre siècle. Toutefois, nous partageons au quotidien, la pesante angoisse d’un présent incertain, entrainant pour tous nos enfants la peur du lendemain face à la lourde charge qu’ils ont de tirer le meilleur parti du monde quel que soit l’état dans lequel notre génération le leur aura légué.

D) Partout, l’être humain se démène, inquiet et anxieux, dans une existence réduite et fragile, menacée par le terrorisme international, les conflits armés régionaux, les confrontations locales sanglantes, la propagation des pandémies, sans oublier la menace nucléaire et les méfaits de la dégradation environnementale et les débordements technologiques. Toute médaille ayant un revers, la reluisante globalisation n’a pas pu apporter la paix et la sécurité à tous. Les bienfaits attendus ne se sont pas manifestés à travers le monde en toute équité tandis que les éléments néfastes se sont proliférés sans discriminer jusque dans les régions les plus reculées.

E) Si notre époque, celle où l’évolution cybernétique a virtuellement rapproché les lieux les plus distants, est réputée la plus moderne à travers les âges, elle est aussi considérée comme la plus dangereuse. Une ère où entre autres méfaits, le réchauffement de la planète et la menace d’une apocalyptique guerre nucléaire portent les esprits à douter du bien-fondé et de l’efficacité des approches préconisées par les autorités concernées et à minimiser le potentiel bénéfique des découvertes scientifiques.

F) Est-ce pourquoi il revient aux dirigeants des sphères politiques et économiques de toutes les nations et aux hauts responsables des grandes institutions internationales et régionales de tout mettre en œuvre pour améliorer les conditions de vie actuelles et d’agir pour que celles de l’avenir soient meilleures ? Est-ce pourquoi il devient aussi de plus en plus urgent de transformer un monde réparti en pays du Nord et pays du Sud en une planète constituée de nations indépendantes mais ralliées autour de sa préservation pour la prospérité de ses peuples, le bien-être et la sécurité de leurs enfants, c’est-à-dire la pérennité de l’humanité, en vue de garantir le bonheur de tout être humain, homme, femme et enfant, nonobstant sa ville natale, son domicile ou sa demeure ? De ce fait, le besoin de sécurité dans tous les domaines ne devient-il pas l’élément fondamental et prépondérant de toute gouvernance, qu’elle soit locale, nationale, régionale ou internationale ?

G) Actuellement, la notion de sécurité dépasse celles plus restreintes de sûreté des Etats et de souveraineté nationale qu’elle englobe en leur conférant une dimension humaniste qui met un accent fort sur les personnes, plaçant la sécurité des individus au centre de tout projet social et de toute action politique. En fait, la population mondiale augmente. Bientôt nous serons huit milliards d’âmes habitant la planète terre, entrainant une consommation incontrôlée des ressources naturelles à un rythme qui dépasse de loin la capacité de régénérescence de la terre alors que les sols s’appauvrissent sous l’agression des pesticides utilisés à outrance. 
Dans l’intervalle, nous assistions avec beaucoup d’inquiétude au réchauffement climatique, qui, dans un avenir pas trop lointain, peut amener une telle sècheresse qu’aucun être vivant ne pourra survivre sur la terre. Toutes les espèces menacent d’être réduites en poussière par ces phénomènes dont l’homme est responsable : pollution, destruction de la biodiversité, libération dans l’atmosphère d’une quantité exagérée de gaz à effet de serre, déchets industriels, et j’en passe.

H) Par conséquent, le besoin de sécurité comprend des volets socio-économiques qui transcendent les intérêts politiques ainsi que les innovations au niveau de développement d’arsenal militaire. Il préconise de se pencher surtout sur les besoins immédiats et futurs des secteurs sociaux les plus vulnérables de nos sociétés, les démunis, les vieillards, les femmes et les enfants, qui sont les premières victimes de toutes calamités, les plus durement affectées et qui risquent de ne jamais pouvoir se relever. Si nous ne désirons pas arborer un nouveau comportement, plus responsable, plus altruiste, avec un sens aigu de la prévention afin de réduire notre impact négatif sur l’environnement, dans notre instinct de conservation nous interpelle à anticiper sur ces grands périls en prenant les mesures concrètes, adaptées au microclimat pour le sauvetage des écosystèmes, favorisant l’utilisation des énergies propres, conscientisant les jeunes et les moins jeunes sur les conséquences dangereuses de nos mauvaises attitudes face aux exigences de vie et de survie.

I) La sécurité inclut la protection contre toutes les facettes de l’insécurité. La sécurité sanitaire doit intégrer alimentation adéquate, soins médicaux de base, logement décent. La sécurité économique ne peut se concevoir en dehors de l’accès à une éducation de qualité et à un travail décent qui permettent aux individus de vivre dans la dignité en prenant soin d’eux-mêmes et de leurs dépendants. Elle ne se conçoit non plus en dehors de la sécurité civile qui garantit le respect des droits et des libertés individuelles. Toutefois, un vrai climat de sécurité ne peut seulement se concevoir dans l’enclos des frontières nationales. Les fléaux modernes tels que le terrorisme international, la menace nucléaire, le changement climatique ne connaissent pas de limites géographiques. Les effets et conséquences des conflits armés régionaux se répercutent au-delà des territoires affectés quand les gens sont contraints au déplacement et à la migration.

J) Par ailleurs, les pays pauvres qui ont le moins contribué à cette situation de destruction et de panique sont souvent les plus touchés, n’ayant une vraie capacité de rebondir ou d’y répondre de manière adéquate. Ces pays du Sud, en vue d’apporter leur contribution efficace à la protection de l’environnement sont contraints de renoncer aux standards de développement traditionnels pour éviter de copier les modèles à haute intensité de carbone, bien connus et expérimentés naguère. Ils doivent, en revanche, s’engager à cette transition écologique qui exige d’innover et de créer un modèle de développement original qui nécessite un saut technologique avec des infrastructures adéquates pour lequel ils ne sont pas équipés tant du point de vue de ressources humaines qu’économiques.

K) Néanmoins, les pays du Sud ne peuvent jouer ce rôle, si les pays du Nord n’assument la responsabilité de leur allouer le support financier et technologique nécessaire tout en tenant compte de leurs spécificités locales. La transition écologique devient alors une réalité globale, sans aucune discrimination, si ce n’est que de prioriser et de favoriser les plus vulnérables dans le grand combat pour la défense des écosystèmes contre la consommation démesurée, la pollution et tous ces fléaux qui mettent le monde à mal, et qui rendent plus incertaine la vie sur terre dans des conditions acceptables pour chaque être humain, sans considération de race, de classe ou d’espace géographique.

L) Aussi, la vraie sécurité nationale sous-entend-elle une coopération internationale pour promouvoir la paix, laquelle requiert l’élaboration d’une approche globale pour le développement d’une Culture de la Paix et du Vivre Ensemble. Une conscientisation planétaire traduite en efforts conjugués peut nous conduire tous au bonheur. Alors, il est essentiel d’apprendre à connaitre l’autre en respectant ses valeurs culturelles et cultuelles, et cela ne peut se réaliser en dehors d’une conception éducationnelle large visant tous les degrés et tous les âges. C’est là le fondement indispensable à l’établissement et au maintien de relations internationales capables de garantir la sécurité aux niveaux national et international. Toutes les consciences doivent être tenues en éveil pour la protection de l’homme dans toutes ses dimensions et la construction d’un monde meilleur où il fera bon vivre. 
La vie est précieuse mais vivre bien est beaucoup plus précieux. Nous devons ainsi travailler à nous acheminer vers un monde de partage et du vivre-ensemble. Ensemble, nous le pourrons par la mobilisation et l’éducation, avec la bonne foi et l’amour du prochain.

Centre infos | 08 Novembre 2023 |

Politique

L’Europe ne soutient guère le Canada

Le 09 Mai 2023, la toile s’est allumée au constat de la présence de Jean Henry Céant et Jocelerme Privert à la Fête de l’Europe, organisée sous le leadership du Chef de la Délégation de l’Union Européenne en Haïti, l’ambassadeur Stefano Gatto. Une invitation qui fait fi des sanctions du Canada imposées à ces deux anciens chefs d’état et de gouvernement haïtiens.

Le 25 Novembre 2022, le Conseil de l’Europe a voté son propre régime de Sanctions sur Haïti intitulé: “RÈGLEMENT(UE)2022/2309 concernant des mesures restrictives en raison de la situation en Haïti”. Des règlements qui vont en droite ligne de la résolution 2653/2022 du Conseil de Sécurité de l’ONU. Pour appuyer notre raisonnement, Il est important de relever les articles suivants :

Alinéa 4 des Considérants: « Le présent règlement respecte les droits fondamentaux et observe les principes reconnus par la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, en particulier le droit à un recours effectif et à accéder à un tribunal impartial, les droits de la défense et le droit à la protection des données à caractère personnel. Le présent règlement devrait être appliqué conformément à ces droits. »

L'article 16.1: “Lorsque le Conseil de sécurité ou le comité des sanctions inscrit sur la liste une personne physique ou morale, une entité ou un organisme, et qu’il a fourni un exposé des motifs pour la désignation, le Conseil inscrit ladite personne physique ou morale, ladite entité ou ledit organisme sur la liste figurant à l’annexe I. Le Conseil communique sa décision et l’exposé des motifs à la personne physique ou morale, à l’entité ou à l’organisme concerné, soit directement, si son adresse est connue, soit par la publication d’un avis, en lui donnant la possibilité de présenter des observations.”

ANNEXE I : Liste des personnes physiques et morales, entités et organismes visés aux articles 2, 3 et 9 . PERSONNES
1.Jimmy Cherizier (alias «Barbecue») s’est livré à des actes qui menacent la paix, la sécurité et la stabilité d’Haïti et a planifié, dirigé ou commis des actes qui constituent de graves atteintes aux droits de l’homme. Désignation: le 21 octobre 2022.

A la lecture du règlement de l’Union Européenne ( regroupant 27 pays d’Europe) auquel l’Ambassadeur Stefano Gatto est soumis, ce dernier est en mesure d’inviter qui il souhaite à célébrer la fête de l’Europe. L’Europe n’étant pas sous tutelle du Canada contrairement à ce dernier qui doit rendre comptes au Royaume-Uni. De plus, il faut se rappeler que depuis 2010, malgré les différentes démarches du Canada à siéger au Conseil de Sécurité de l’ONU, cela lui a été refusé à toutes les occasions.

S’il faut analyser les réactions et les différents tweets crucifiant l’Ambassadeur Gatto, on pourrait dire qu’ils dénotent l’envie, la jalousie et mettent bien en évidence ces “démocrates de renom “ sous le chapeau de défenseur de droit de l’homme avalisant l’arbitraire du Canada à l’encontre d’anciens dirigeants qui ont servi et qui représenteront toujours l’image d’Haïti à travers le monde (sanctionnés ou pas).

Même la Chambre des Communes du Canada a exhorté « le gouvernement du Canada à régler immédiatement les défauts de son régime de sanctions, y compris le manque de transparence et le peu d’informations fourni aux parlementaires, ainsi que l’insuffisance des ressources affectées aux enquêtes et à l’exécution » (Rapport Mai 2023). Le Comité Permanent des Affaires Étrangères et du Développement International et le Sous-Comité des Droits Internationaux de la Personne ont invité Justin Trudeau et Mélanie Joly à corriger leur cahier sur Haïti.

Alors sur quelle base Pascale Solages, Venina Charles, Monique Clesca, Jeffsky Poincy, anciens Petrochallengers Nou Pap Domi, convertis, par besoins, en organisation de droits humains financée par USAID, s’en prennent à l’Ambassadeur Gatto pour avoir invité Céant et Privert à célébrer la fête de l’Europe.

Un Canada incapable depuis Novembre 2022 d’administrer la moindre preuve contre les personnes sanctionnées, et vous parlez de Démocratie et d’Etat de Droit, Nancy Roc et Frédéric Boisrond.

Messieurs et dames les démocrates d’un autre genre, appointez plutôt le Canada à soutenir ses allégations par des éléments de preuve et vous ferez bon usage de vos notions de démocratie et d’état de droit. Prenez le temps de lire les Grands Classiques comme Montesquieu, Zola, Castera, et vous comprendrez pourquoi il faut s’accrocher au principe de la PRESOMPTION D’INNOCENCE qui est une règle cardinale et de bonne conduite dans une démocratie non-pacotille.

L’Union Européenne, la Suisse et les Royaume-Unis ont fait le bon choix, dans leur régime de sanctions, d’exiger des évidences avant de compromettre la vie et l’avenir de citoyens jusque-là au-dessus de tout soupçon. Messieurs et dames les «DÉMOCRATES » vous devriez réfléchir sur les manœuvres du Canada pour justifier honteusement l’échec de la communauté internationale en Haïti à travers le CORE GROUPE constitué au Canada même en 2003 pour ensevelir Haïti par leurs maladroites décisions. Ils y ont imposé leurs lois et leurs dirigeants en dehors de la volonté populaire et aujourd’hui ils sanctionnent.

Ce qu’il faut retenir dans cette invitation de l’Ambassadeur Stefano Gatto à Jean Henry Céant et Jocelerme Privert, c’est que l’Union Européenne prend ses propres dispositions quant aux sanctions et n’a pas à suivre ou non le Canada. Rappelons que l’Ambassadeur Français, Fabrice Mauriès avait lui- même déclaré sur RFI que la France n’emboite le pas de Personne. La preuve, la France et l’Espagne étaient aux cotés de l’ambassadeur Gatto à cette célébration de l’Europe du 9 mai 2023.

Une Célébration de la Démocratie et de la Fraternité.

Les représentants de l’Union Européenne l’ont bien compris et ont pris le parti du droit.

Joël R. Leon
Sociologue

Centre infos | 11 Mai 2023 |

Politique

Haïti : Mise au Point du Secrétariat de l'Ancien Premier Ministre Jean Henry Céant

Ces prétendus journalistes à la limite des braconniers ou affairistes en quête de lucre et de sensationnel se font ridiculiser par des lecteurs, même peu avisés, à la lecture de leur feuille de chou avec pour seul objectif de faire chanter leur “ proie”. Faut-il rappeler ici les paroles de Jean Paul Sartre : « l’important n’est pas ce qu’on a fait de nous mais ce qu’on fait de ce qu’on a fait de nous ».

Pour l’histoire et pour la vérité, en dehors de dispositions à la vaine polémique, le Bureau de l’Ancien Premier Ministre Jean Henry Céant rappelle que :

1. Me Jean Henry Céant, Notaire ou Ex-Premier Ministre Haïtien, n’a pas eu de compte personnel à la Banque de l’Union Haïtienne (BUH) en 2017.
2. L’Ex-Premier Ministre Me Jean Henry Céant a cessé de professer comme Notaire depuis sa nomination en août 2018 comme Premier Ministre par le Président Jovenel Moise.
3. Les dossiers traités par l’Étude Notariale qu’il a dirigée pendant plus de 30 ans l’ont été dans le plus strict respect des normes et de la déontologie professionnelle. Pendant toute cette longue pratique, pas un cas litigieux ni une décision de justice ayant affecté son palmarès de Notaire avisé, compétent, digne et respecté de sa clientèle nationale et internationale et des professionnels du milieu. Sa seule boussole, comme Officier Public, n’ayant été que la satisfaction des clients dans la légalité des transactions réalisées par son Étude.
4. Transférer, dans le cadre d’une affaire, des montants aux comptes de l’Etude, sur instructions de donneurs d’ordre, tombe dans les mécanismes ordinaires de fonctionnement des parties intéressées à une ou plusieurs affaires fussent-elles ONA, BRH, MINISTÈRE DES FINANCES, DGI, ou autres.
5. Un simple exercice d’analyse de bonne foi des décrets et lois portant sur la profession notariale aurait évité à ces “journalistes” de mettre les pieds dans le plat et de faire ces ridicules allusions établissant leur limitation, leur incompétence et surtout leur manque d’éthique.
6. Il ne suffit pas de dire que tel ou tel montant a été transféré au compte d’un Notaire ou de son Étude, il est plutôt utile d’interroger la nature de la transaction pour laquelle les valeurs ont été transférées. Le Notaire instrumentant n’est jamais partie aux transactions, il est chargé de conseiller les parties et de réaliser l’instrumentum constatant la régularité et la légalité des actes passés en son Étude.
7. Il faut enfin préciser que le notaire ne peut nullement disposer, affecter ou décider du montant transmis à son Etude. Le vœu des parties une fois confirmé par la signature des documents : accords de prise d’intérêt, vente ou prise d’hypothèque ; le montant déposé sur le compte de l’Etude est remis, après déduction des frais et honoraires, au bénéficiaire qui en dispose comme bon lui semble.

En aucun cas, le notaire ne peut interférer quant à la volonté du bénéficiaire d'affecter à sa guise le montant gardé à son ordre.

Port-au-Prince, Haïti Le 13 Avril 2023


Le Secrétariat

Centre infos | 13 Avril 2023 | 1

Politique

Haïti : Lòd Demokratik propose un sommet étatique sur la sécurité

Port-au-Prince, le 22 mars 2023. Le président de cette structure, Jean Renel Sénatus, dénonce le tâtonnement des autorités qui peinent à rétablir la sécurité dans le pays, notamment après le refus des occidentaux à répondre favorablement à la demande d’aide du gouvernement haïtien.

Ils sont incapables de résoudre cette crise, a-t-il déclaré.
 
En ce sens, Il propose un sommet étatique d'urgence sur la sécurité, au cours duquel les acteurs de la vie nationale et des anciens fonctionnaires publics, entre autres, se réuniront pendant deux jours afin de trouver une solution à la crise sécuritaire.

Par ailleurs, Jean Renel Cenatus encourage les citoyens à contraindre l'équipe au pouvoir à assumer ses responsabilités en adoptant des mesures drastiques suite au sommet d'État proposé par son parti politique pour combattre les gangsters et ramener la paix et la sécurité dans les foyers.

"L'heure est au Konbit" a indiqué l'ex parlementaire, appelant les différents acteurs à s'impliquer dans la résolution de la crise sécuritaire.
 
Affirmant que son parti est prêt à contribuer à hauteur de 5 millions de gourdes, Jean Renel Senatus invite les citoyens appartenant aux différentes couches de la société, à contribuer au financement de l’achat de matériels et équipements pour la police nationale ainsi que les forces armées d’Haïti.

Centre Infos

Centre infos | 22 Mars 2023 |

Politique

La demande de Jean-Henry Céant au président du comité des sanctions de l’ONU sur Haïti

Le 17 février 2023

M. Michel Xavier Biang
Président du Comité des Sanctions sur Haïti, Nations Unies

Monsieur le Président

1. Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté la résolution 2653 (2022) du 21 octobre 2022 par laquelle il crée un régime de sanctions concernant Haïti ainsi qu’un comité et un groupe d’experts pour surveiller l’application des mesures de sanctions décidées par le Conseil. Le Comité appuyé, dans ses travaux par un groupe de quatre (4) experts a, entre autres, pour mandat, de suivre l’application des mesures de sanctions en vue de renforcer, de faciliter et d’améliorer leur mise en œuvre par les États Membres, d’examiner les demandes de dérogation aux sanctions et se prononcer à leur sujet ; chercher à obtenir des informations concernant les personnes et entités qui se livreraient aux actes décrits dans les critères d’inscription sur la liste et les passer en revue et d’examiner les informations faisant état de violations ou du non-respect des mesures de sanctions et y donner la suite qui convient.
C’est là une lourde responsabilité qui vous incombe et qui honore votre pays, le Gabon, en tant que président du Comité de Sanctions sur Haïti.

2. Le Canada, un des pays membres des Nations Unies, avant même le travail de la commission d’enquête, a décidé, aveuglément, de précipiter les choses en imposant des sanctions à des personnalités politiques et économiques en Haïti. Une démarche qui ne s’aligne nullement dans la voie tracée par le Conseil de sécurité pour l’application de la résolution 2653(2022) du 21 octobre 2022.


3. C’est avec stupéfaction que j’ai lu sur les réseaux sociaux, le 20 novembre 2022, que le Canada m’a associé, moi, Jean-Henry CÉANT, à une liste de personnalités soutenant la criminalité en Haïti par le financement des groupes armés. Je verrai plus tard, avec indignation, mon nom dans la rubrique intitulée : « Particuliers, Rupture sérieuse de la paix et de la sécurité internationale » du journal officiel du Canada, « La Gazette » publiant “les règlements sur les mesures économiques spéciales visant Haïti. DORS/2022-226”.


4. En août 2018, j’ai accepté la fonction de Premier ministre d’Haïti, à la demande du président Jovenel Moïse dans un contexte extrêmement difficile. Un pays en proie aux actes et actions parfois excessifs d’un peuple chauffé à blanc, à la colère des citoyens exprimée les 6 et 7 juillet 2018 à travers les rues par la casse et des brutalités de toutes sortes ; un pays traversé par les activités de bandes armées ; un pays surchauffé par les revendications des Jeunes Petro-challengers et de l’opposition politique. La somme de mes actions pendant ces six (6) mois à la tête de la Primature a toujours été saluée par la communauté internationale et la couche saine de la population. Ma personnalité, ma sagesse, mon entregent et mes capacités de rassembleur m’ont permis de calmer le jeu jusqu’à réunir dans une même salle plus de 250 délégués de l’opposition politique face au président de la République pour lancer le Dialogue et proposer un Pacte de gouvernabilité ; ce, en présence de la communauté internationale le 22 janvier 2019.


5. En tant que démocrate convaincu et professionnel du droit, j’appuie fortement la démarche des Nations Unies à travers la résolution 2653 (2022) qui traduit une volonté manifeste de réprimer la criminalité en Haïti. Cependant, la lutte pour le respect et la consolidation des droits de l’homme et le maintien de la paix partout dans le monde est trop importante et trop sérieuse pour qu’elle fasse l’objet de tractations susceptibles d’entacher les principes fondamentaux de la charte des Nations Unies. Aucun pays, aucun État, encore moins les Nations Unies qui constituent le bastion par excellence de la garantie de droits de l’homme, ne doivent affecter eux-mêmes le principe universel du respect des droits de l’homme sur lesquels ils se sont engagés dès le préambule de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

6. La transparence constitue l’un des piliers fondamentaux de la démocratie et de l’État de droit. S’il y a des accusations, c’est qu’il existe des preuves. Que la partie qui accuse rende ses preuves publiques ! Est-ce qu’on peut empêcher un citoyen d’avoir accès à un dossier d’accusation à l’encontre de sa personne ? Pourquoi le gouvernement canadien me refuse-t-il l’accès au dossier des charges m’incriminant, ce que j’ai demandé par le biais de mon avocate depuis le 23 novembre 2022 ? Pourquoi mes différentes requêtes auprès même des autorités d’Haïti, également membre des Nations Unies, restent aussi sans réponse ? C’est une violation sans précédent des droits humains qui engendre des conséquences incalculables tant du point de vue matériel que du point de vue moral des victimes, voire même la mort civile des sanctionnés arbitrairement.


7. Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques me garantit le droit à l’accès au dossier de sanctions émises par le gouvernement du Canada à l’encontre de ma personne et me garantit le droit à un procès. L’article 14 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques stipule
: « toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal compétent, indépendant et impartial, établi par la loi, qui décidera soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle, soit des contestations sur ses droits et obligations à caractère civil. » Est-ce qu’on peut empêcher un citoyen de se défendre ?


8. Dans le cadre de la mission qui vous incombe et dans ma quête de réhabiliter mon intégrité physique et morale et celle de ma famille, aujourd’hui entachée par le Canada, je vous informe, par la présente, que je suis à votre entière disposition et celle du groupe d’experts pour répondre à toutes questions et apporter toutes informations pertinentes qui pourront être utilisées ou non dans votre rapport. Parallèlement, je reste engagé et mobilisé sur toutes les options de droit capables de contribuer à ramener la paix et la tranquillité dans mon pays, Haïti, et capables de contribuer à maintenir et consolider la paix dans le monde.

Recevez, Monsieur le Président du Comité des Sanctions, mes plus distinguées salutations.

Me Jean-Henry Céant
Avocat, ancien Premier ministre d’Haïti (2018-2019)

Centre infos | 24 Février 2023 |

Politique

Haïti : Remise officielle du programme de formation en gestion municipale

Port-au-Prince, le 23 février 2023. Lors de la cérémonie de remise officielle de ce document par le recteur de l'Université d'État d'Haïti, Fritz Deshommes, le premier ministre Ariel Henry a salué l'engagement des institutions œuvrant à l'implémentation du programme dont l'UEH, l'université publique du Sud et le Programme d'Appui à la Gouvernance Décentralisée (PAGODE).

Il a souligné entre autres que ce programme de formation à l'intention des cadres municipaux, œuvre à la décentralisation.

Ariel Henry dit croire que l'État droit être au rendez-vous en ce qui a trait au renforcement des Collectivités Territoriales et des mairies touchées par une pénurie d'agents en raison de la migration externe.

Le chef de la primature, dans son chapeau de ministre de l'Intérieur, a aussi salué la participation de l'université d'État qui doit œuvrer au renouveau des administrations.

Pour sa part, le recteur de l'Université d'État d'Haïti Fritz Deshommes, croit qu'il est urgent de consolider l'administration communale par la décentralisation des services publiques et le renforcement des capacités des agents municipaux, pour une modernisation du secteur, face à la demande sociale.

L'université d'État est prête à assurer la mise en œuvre du programme de gestion municipale dans le département de l'Ouest, a affirmé le recteur de l'UEH, appelant à un partenariat entre l'université, le ministère de l'Intérieur et la fédération nationale des magistrats haïtiens (FENAMH) dans le cadre du service social obligatoire pour les finissants après leur cursus universitaire.

De son côté, la chargée d'affaires adjointe à l'Ambassade de Suisse en Haïti, Céline Mayer, a souligné que l'Ambassade de la Suisse en Haïti a financé ce programme depuis le 1er mars 2019.

Évoquant l'importance des actions du PAGODE en Haïti, la chargée d'affaires adjointe a réitéré l'engagement de son pays dans la mise en œuvre du programme de cycle de cours de gestion municipale.

Un programme destiné à ajouter une valeur sûre à la modernisation.

Céline Mayer rappelle notamment, la fin du programme PAGODE, soit le 28 février prochain, dont la mission était le développement local, par une gouvernance participative et inclusive.

Centre Infos

Centre infos | 23 Février 2023 |

Politique

Haïti : Me Jean-Henry Céant écrit à Ariel Henry

Voici la correspondance

Le 1er Février 2023

M. Ariel Henry Premier Ministre République d’Haïti

Primature

Monsieur le Premier Ministre, Dans mes multiples efforts pour combattre le grand banditisme j’ai, pendant mon passage à la Primature, mobilisé plusieurs structures contre la corruption, le blanchiment des avoirs et le détournement des fonds de l’Etat.

Dans la même lancée, j’ai créé et mis en place le 27 Février 2019 la Commission Nationale de Désarmement, de Démantèlement et de Réinsertion (CNDDR) sous la tutelle du Premier Ministre.

Dans ses nombreuses démarches pour le rétablissement de la paix publique, cette Commission s’est donné pour tâche, entre autres, l’identification des bandes armées, de leurs chefs, de leurs supporteurs et de leurs financeurs.

A ce compte, de grandes révélations ont été faites dans la presse au point que l’un de ses membres avait annoncé à grand renfort de publicité que la Commission avait répertorié et identifié les onze (11) familles qui appuient les gangs et assurent leur approvisionnement en armes et munitions.

Indexé arbitrairement et puni sans preuve, ni élément de preuve, ni indice par le Canada prenant des sanctions contre moi qui m’ont causé de graves préjudices tant matériels que moraux, je me suis adressé, par lettre en date du 11 Janvier 2023 à la CNDDR dont vous, actuel Premier Ministre de mon pays, êtes le responsable. C’est en cette qualité que je vous saisis pour vous demander de manière expresse d’appointer la CNDDR à répondre, en toute diligence, à mes requêtes et questions consignées dans ladite lettre dont je vous donne copie. Ma personne physique, mon image sociale et professionnelle, sont mises en danger par ces légèretés du Canada mais lourdes de conséquences pour le citoyen digne que j’ai toujours été et la réputation d’honorabilité dont je jouis au sein de la communauté haïtienne d’Haïti et de l’étranger. C’est, en vérité, une situation qui mérite un redressement célère pour moi et pour ma famille. Je continue à croire et à compter sur votre intervention pour obliger la CNDDR à répondre à ma lettre et ainsi dissiper tous les doutes et allégations faisant croire que la Primature actuelle serait à la base du silence de la CNDDR. Je tiens, en outre, à rappeler ici, que toute ma correspondance adressée aux différentes instances nationales et internationales vous a été respectueusement communiquée.

L’obligation d’assistance à personne en danger vous astreint, Monsieur le Premier Ministre, à être très vigilant et proactif dans la défense des droits de tous les citoyens haïtiens et à fortiori de ceux qui ont sacrifié une partie de leur vie dans la lutte pour le relèvement de notre pays.

Dans l’espoir que vous comprendrez le sens de ma démarche, je Vous prie, Excellence Monsieur le Premier Ministre, de croire dans mes patriotiques salutations.

Me Jean-Henry Céant Avocat Ancien Premier Ministre d’Haïti

PJ : Lettre à la CNDDR

CC :

- Haut-Commissariat des Droits Humains des Nations Unies - Commission Canadienne des Droits de la Personne
- Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme
- Commission Européenne des Droits de l’Homme
- Office Protection du Citoyen
- Commission des Sanctions sur Haïti du Conseil de Sécurité

Centre infos | 17 Février 2023 |

Politique

Sanctions canadiennes : Jean-Henry Céant insiste et réclame des preuves

Voici la requête

Le 09 février 2023

Madame Emmelie Prophète Milcé
Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique

En ses Bureaux

Madame la Ministre,

J’ai lu, sur les réseaux sociaux avec un très grand intérêt, votre prise de position dans cette scandaleuse affaire de certification de juges rendue publique, peut-être à dessein, par des fossoyeurs de la Nation afin de détruire le peu qui restait de la justice haïtienne et de salir l’image de notre Magistrature. Loin de faire chorus avec certains avocats, imposteurs avérés, profitant de ce passage douloureux pour la Basoche et la Magistrature à rechercher de la visibilité, je me sens consterné par tant de tapage. J’ai été autant horripilé à les voir applaudir le gouvernement canadien dans ses mesures arbitraires de sanction. S’il est une vérité de la palisse pour tout un chacun que bon nombre de nos magistrats sont corrompus, il n’en demeure pas moins que le nom de certains juges honnêtes circule parmi les non- certifiés d’autant que la certification ne s’inscrit que dans la procédure de nomination d’un juge comme il est prévu dans la loi de 2007 sur la magistrature.

Pourquoi abattre ainsi des citoyens et citoyennes qui ont fait le sacrifice de servir ?

C’est donc, à bon droit, que vous avez ouvert cette voie de recours aux sanctionnés qui n’ont peut-être pas eu la chance de se défendre. Les œuvres humaines sont toujours susceptibles d’erreur, de parti pris ou même de méchanceté ; d’où les voies de recours instituées par le législateur à la recherche d’une saine et impartiale justice. J’encourage cette initiative, même un peu tardive du CSPJ, de scruter le dossier de ceux qui nous jugent et de les sanctionner, le cas échéant ; aussi bien que je stigmatise cette nouvelle manière de condamner sans jugement ni opportunité pour le condamné d’exercer un recours. Je vous congratule d’avoir pris cette courageuse décision d’évaluer les sanctions contre les juges.

Point n’est besoin de vous dire, Madame la Ministre, combien votre dernière position a attisé mon impatience de lire votre lettre au gouvernement canadien quant à sa décision de sanctionner des citoyens haïtiens et à fortiori certaines personnalités et des Ex-dignitaires de la République, sans exhiber la moindre preuve de ses allégations avilissantes et humiliantes pour le peuple haïtien. Est-il nécessaire de vous rappeler, Madame la Ministre, que les accusations du Canada sont très graves et leurs conséquences désastreuses tant pour les sanctionnés que pour l’image de notre pays ? Le Conseil de Sécurité des Nations-Unies, pour couper court à de telles légèretés a établi, par résolution, une procédure pour la mise sous sanctions et l’application de celles-ci contre ceux qui seraient trouvés coupables par les structures établies à cette fin. Il est donc crucial d’éviter ces condamnations malveillantes, bâties à partir de racontars de compétiteurs politiques ou de dirigeants mal intentionnés. La similitude est donc constante entre la manière d’agir du Canada et cette sortie du CSPJ.

Je m’attends donc, Madame la Ministre, pour achever votre œuvre de courage, que vous insistiez auprès du gouvernement canadien afin qu’il vous donne accès aux dossiers dont il dispose et que vous puissiez, par voie de conséquence, exiger en toute célérité la mise en mouvement de l’action publique par le Commissaire du Gouvernement compétent contre tous ceux qui auraient effectivement encouragé ou soudoyé les gangs pour leur sale besogne. En agissant de la sorte, vous rendrez service à la nation, vous raviverez notre espoir que tout n’est pas perdu et détromperez ceux-là qui croient que le “blanc” a toujours raison.

J’en prends occasion pour vous renouveler la requête exprimée dans ma lettre du 24 Novembre 2022 de rendre publiques votre lettre de demande au gouvernement canadien ainsi que la réponse que vous auriez reçue de ce gouvernement. “La justice ne vit pas de scandale, elle en meurt”, dit-on. Vous avez encore la chance de sauver les meubles si le séisme de la corruption a détruit les socles de notre justice.

Que Dieu ouvre plus grands les yeux sur Haïti !

Recevez, Madame la Ministre, mes sincères salutations patriotiques.

Me Jean-Henry Céant, Avocat
Ex-Premier Ministre d’Haïti (2018-2019)

CC : Dr. Ariel Henry, Premier Ministre

Centre infos | 10 Février 2023 |

Politique

Haïti : Les membres du HCT enfin installés

Port-au-Prince, le 6 février 2023. L'ancien Président provisoire, Jocelerme Privert, des membres du Corps diplomatique dont le Nonce Apostolique en Haïti, Mgr Francisco Escalante Molina, les Ambassadeurs de France, du Canada, du Japon, la cheffe de la Binuh, Mme Helen La Lime, le Chargé d'affaires des États-Unis d'Amérique sont entre autres personnalités qui ont assisté à cette cérémonie.

"Je donne la garantie au HCT que le gouvernement fera tout ce qui est en son pouvoir pour lui procurer les moyens nécessaires pour le mettre en situation d'accomplir sa mission. Il peut compter sur la collaboration de nous tous sans exception. On va travailler sur cinq chantiers : Rétablir la sécurité en démantelant les gangs armés; continuer les réformes économiques; reviser la Constitution, organiser les prochaines élections libres honnêtes et transparentes, en le remettant aux nouveaux élus", a déclaré le Premier ministre en présence des invités.

Dr. Ariel Henry se réjouit que les signataires du Consensus national aient apporté leur soutien unanime à la demande d'assistance d'une force spécialisée, présentée par le gouvernement à la communauté internationale pour accompagner la PNH dans la lutte contre les gangs.

"Le travail de rassemblement va se poursuivre jusqu'à la dernière heure. J'ose espérer que l'histoire se souviendra de cette journée comme le point de départ du grand rassemblement des Haïtiens de tous horizons pour le renouveau national. Le travail de rassemblement va se poursuivre jusqu'à la dernière heure", a conclu Dr Henry.

S'exprimant au nom du Haut Conseil de Transition, Mme Mirlande Hyppolite Manigat estime qu'il est important de restaurer l’ordre public.

Elle promet de tout faire pour accomplir sa tâche avec ses collègues dans l'intérêt du peuple haïtien.

Centre Infos

Centre infos | 06 Février 2023 |

Politique

Jean Henry Céant veut avoir accès au dossier sur la base duquel il a été sanctionné

LETTRE OUVERTE DE ME JEAN-HENRY CEANT A M. ANTONIO GUTERRES, SECRETAIRE GENERAL DES NATIONS UNIES

Le 23 Janvier 2023

Monsieur Antonio Guterres
Secrétaire Général
Nations Unies

Excellence, Monsieur le Secrétaire Général,

1. Le 21 Octobre 2022, le Conseil de Sécurité des Nations Unies, agissant en vertu du chapitre VII de la charte des Nations Unies, a adopté la résolution 2653 (2022) par laquelle il crée un régime de sanctions concernant Haïti ainsi qu’un comité et un groupe d’experts pour en assurer l’application. Cette résolution participe de la dynamique de la lutte, entre autres, contre la corruption, la criminalité, les violations des droits humains sur toutes les formes pour la stabilité; pour la construction, le maintien et la consolidation de la paix à travers le monde.
2. Ces sanctions visent particulièrement des personnalités politiques et des personnalités de la classe économique désignées par le comité comme étant responsables ou complices d’activités faisant peser une menace sur la paix, la sécurité ou la stabilité en Haïti, parce qu’elles ont pris part directement ou indirectement à de telles activités.
3. Un des pays membres des Nations Unies, le Canada, avant même le travail de la commission d’enquête, a décidé d’entériner la résolution du 21 Octobre 2022 en imposant des sanctions à des personnalités en Haïti. Cette démarche ne s’aligne pas à la voie tracée par le Conseil de Sécurité pour l’application de la résolution 2653(2022) du 21 octobre 2022 dans la mesure où ces décisions peuvent influencer tant la composition que le travail de la commission d’enquête.
4. A tort ou à raison, sans me mettre dans une posture de dénonciateur de ces sanctions, le Canada m’a associé moi, Jean-Henry CÉANT, à une liste de personnalités soutenant la criminalité en Haïti par le financement des groupes armés qui alimentent la violence et qui créent l’instabilité et l’insécurité dans mon pays.
5. En tant que démocrate convaincu des principes fondamentaux comme l’autodétermination des peuples, la lutte contre le réchauffement climatique, la lutte contre la corruption, la lutte pour le respect, la garantie et la consolidation de droits de l’homme et de la paix dans le monde; en tant que citoyen engagé pour le renforcement des principes fondamentaux de la démocratie, le renforcement de l’État de droit; et, en tant que citoyen revendiquant la consolidation de la paix dans le monde, je salue cette démarche des Nations Unies à travers la résolution 2653 (2022) qui traduit une volonté manifeste de réprimer la criminalité en Haïti mais aussi et surtout qui constitue un pas important, dans la bonne direction, pour assurer un meilleur avenir sur toute la planète.
6. Cependant, la lutte pour le respect et la consolidation des droits de l’homme et le maintien de la paix partout dans le monde est trop importante et trop sérieuse pour qu’elle fasse l’objet de tractations susceptibles d’entacher les principes fondamentaux de la charte des Nations Unies. Aucun pays, aucun État, encore moins les Nations Unies qui constituent le bastion par excellence de la garantie de droits de l’homme, ne doivent affecter eux-mêmes le principe universel du respect des droits de l’homme sur lesquels ils se sont engagés dès le préambule de la déclaration universelle des droits de l’homme en faisant des fuites en avant.

7. Aujourd’hui, à la veille de cette séance de bilan importante par devant le Conseil de Sécurité de Nations Unies sur Haïti, je crois nécessaire d’écrire aux membres du Conseil pour les alerter sur la démarche et le comportement du gouvernement du Canada. Je profite aussi de l’occasion pour formuler deux demandes auprès du Conseil de Sécurité : i) Au nom de la transparence, au nom du respect des droits de l’homme, je demande aux membres du Conseil de Sécurité d’exiger au gouvernement du Canada de soumettre par devant le Conseil le dossier d’accusation à l’encontre de ma personne. Ce qui facilitera un véritable débat pour le triomphe de la vérité. ii) Que sur la base dudit dossier, l’on me donne la possibilité de prouver que les accusations ne sont pas fondées.
8. La transparence constitue l’un des piliers fondamentaux de la démocratie et de l’État de droit. S’il y a des accusations, c’est qu’il existe des preuves. Que la partie qui accuse rende ses preuves publiques! Est-ce qu’on peut empêcher un citoyen d’avoir accès à un dossier d’accusation à l’encontre de sa personne?
9. Le Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques me garantit le droit à l’accès au dossier de sanctions émis par le Gouvernement du Canada à l’encontre de ma personne et me garantit le droit à un procès. L’article 14 du Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques stipule : « toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue équitablement et publiquement par un tribunal compétent, indépendant et impartial, établi par la loi, qui décidera soit du bien-fondé de toute accusation en matière pénale dirigée contre elle, soit des contestations sur ses droits et obligations à caractère civil. » Est-ce qu’on peut empêcher un citoyen de se défendre?
10. Dans cette tentative du Canada de détruire ma vie, mon intégrité physique et morale et celle de ma famille ; j’ai, suivant ma compréhension du fonctionnement d’un état de droit, constitué un avocat au Canada qui a sollicité depuis le 23 novembre 2022, l’accès au dossier des preuves m’incriminant, lesquelles sont restées sans réponse à date.
11. Je continue à faire confiance aux institutions internationales comme les Nations Unies qui continuent à faire des droits de l’homme leur principal cheval de bataille. Au nom de ce principe fondamental de la démocratie et de la paix dans le monde, de mon statut d’avocat, je tiens aussi à rappeler que tout accusé jouit de la présomption d’innocence. Parallèlement, je reste engagé et mobilisé sur toutes les options de droit capables de contribuer à ramener la paix et la tranquillité dans mon pays, Haïti, et capables de contribuer à maintenir et consolider la paix dans le monde.

Me Jean-Henry Céant
Avocat
Ancien Premier Ministre d’Haïti (2018-2019)

CC :
1. Représentant-es des pays membres permanents au Conseil de Sécurité des Nations Unies ;
2. Représentant de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) au Conseil de Sécurité des Nations Unies ;
3. Représentant de l’Union Africaine au Conseil de Sécurité des Nations Unies ;
4. Représentant du Comité sur les Sanctions en Haïti au Conseil de Sécurité des Nations Unies ;
5. Secrétaire Général de l’OEA.
6. Président de la Commission Européenne des Droits de l’Homme

Centre infos | 24 Janvier 2023 |

09 Février 2024 |

Haïti : Saisie d'arme à feu, de munitions et d'autres matériels à Bel-Air

09 Février 2024 |

Haïti : Trois présumés bandits abattus, et trois fusils saisis par la Police

09 Février 2024 |

Haïti : Une concubine du chef de gang du Bel-Air interpellée à Port-au-Prince

29 Janvier 2024 | 1

Haïti : Désarmement des agents de la BSAP

22 Janvier 2024 |

Corruption au CNE : Arrestation de l'ancien président de la chambre des députés Cholzer Chancy

22 Janvier 2024 | 1

Mandats d'amener contre des personnalités : "Le Juge Al Duniel Dimanche se moque de la loi"

19 Janvier 2024 |

Haïti : Trois présumés bandits tués, un véhicule et des munitions confisqués à Port-au-Prince

19 Janvier 2024 | 1

Haïti : Enlèvement de plusieurs religieuses à Port-au-Prince

18 Janvier 2024 |

Haïti : Un présumé membre du gang de Village de Dieu interpellé

14 Janvier 2024 |

Haïti : Trois présumés membres des gangs de Bel-Air et de Grand-Ravine interpellés par la Police

11 Janvier 2024 | 3

Haïti : Le juge de paix de Carrefour Jean Frantz Ducasse enlevé à Martissant

09 Janvier 2024 |

Haïti : Un membre du gang de Bel-Air interpellé par la Police

08 Janvier 2024 |

Haïti : Deux otages libérés, une arme à feu saisie et un présumé kidnappeur interpellé à Tabarre

06 Janvier 2024 |

Carrefour : Jude Édouard Pierre annonce des activités en hommage à l'ex député Élie Blaise

25 Décembre 2023 |

Haïti : Décès troublant de l'ex député Élie Blaise

24 Décembre 2023 |

Haïti : Interpellation d'un policier pour meurtre à Bon Repos

23 Décembre 2023 |

Mariani : Un bulldozer de la PNH incendié par des bandits

23 Décembre 2023 |

Haïti : Une arme à feu et des munitions saisies à la douane du Cap-Haïtien

21 Décembre 2023 |

Haïti / Pénitencier national : 82 prisonniers libérés en trois jours

19 Décembre 2023 |

Haïti : Me. Edler Guillaume poursuit la lutte contre la détention illégale au Pénitencier national

14 Décembre 2023 |

Haïti : Trois membres actifs du gang de Canaan tués et des armes à feu saisies à Despinos

08 Décembre 2023 | 1

Haïti : Quatre chefs de gang sanctionnés par les États-Unis d’Amérique

08 Décembre 2023 |

Haïti : Un blindé de la PNH partiellement incendié par des bandits à Mariani

06 Décembre 2023 |

Haïti : Deux bandits tués et 2 armes de guerre confisquées par la Police à Mariani

05 Décembre 2023 |

Haïti : Un jamaïcain interpellé et 17,287 kg de marijuana saisis à Saint-Louis du Sud

Les plus lus

Actualité

Haïti : Les résultats des examens de 9ème A.F pour le Nord sont disponibles

25 Août 2023

Actualité

Haïti : Publication des résultats des examens de 9ème A.F. pour le Nord-est

09 Août 2023

À la une

Haïti : Une quinzaine de personnes assassinées et brûlées à Frères

20 Mars 2023

À la une

Port-au-Prince/APN : Attaque armée contre un bateau, une personne blessée par balles

11 Juillet 2022

Newsletter

Restez informés des dernières actualités.